Artima s’expose à l’Hotel de Ville pour la Comic Gone !

artima 3

Après la guerre, les éditions Artima offrirent à la jeunesse une multitude de titres de BD ; on disait alors des « illustrés ». Il faut se remémorer qu’il n’y avait alors que peu de postes de télévision, pas de vidéos, pas de consoles de jeux, pas de smartphones ni d’in-
ternet… Rien de ce qui occupe actuellement nos enfants gâtés.

artima 2

La lecture était alors la principale source d’amusement et de découverte des jeunes et la quantité d’éditeurs actifs à cette grande époque le prouvait bien. Artima se différencia de tous ses concurrents par l’adaptation de bandes dessinées américaines, anglaises, espagnoles et parfois françaises, d’une puissance graphique exceptionnelle. Ils produisaient dans tous les domaines : la guerre, les westerns, les enquêtes, l’aventure, la jungle, la comédie, et surtout la science-fiction. Cette dernière était quasiment inconnue en France et elle se développa d’une façon fulgurante.

artima 1

Les fascicules Artima de S.F., tels que Sidéral, Monde Futur, Aventures Fiction, Spoutnik, Atome Kid, etc. étaient composés d’histoires courtes de 6 à 12 pages voire d’une seule histoire (un récit complet). Les personnages revenaient d’un mois sur l’autre, explo-
rant planètes et galaxies lointaines. La conquête de l’espace était démarrée et les premiers exploits des futurs astronomes Soviétiques et Américains autorisaient les scénaristes et dessinateurs à toutes les audaces narratives possibles, l’imagination étant comme l’univers, sans limites…

Ces fascicules imprimés sur un pauvre papier et que les enfants jetaient pour la plupart une fois lus et relus, ont maintenant été oubliés et une réédition, à la mémoire d’une époque mémorable, nous a paru indispensable.

C’est une sélection des couvertures que nous vous proposons de découvrir dans le Hall de l’Hôtel de Ville de Lyon les 13 et 14 juin 2015.

artima 3